Fièvre de Lassa au Nigeria : des résultats prometteurs issus d’une nouvelle étude qui améliore la qualité des soins

12-04-2021

Les résultats de la plus grande étude de cohorte prospective jamais réalisée sur la fièvre de Lassa, connue sous le nom de LASCOPE (LASsa fever clinical COurse and Prognostic factors in an Epidemic context in Nigeria), réalisée par une équipe de recherche d’ALIMA (The Alliance for International Medical Action) et ses partenaires*, ont été publiés dans The Lancet, une des plus prestigieuses revues scientifiques médicales.

Dans le cadre de l’étude de recherche LASCOPE au Nigeria, le personnel analyse des échantillons provenant de patients atteints de la fièvre de Lassa au laboratoire du centre médical fédéral d’Owo. 2019, © Etinosa Yvonne / ALIMA

 

La fièvre de Lassa est une fièvre hémorragique virale aiguë qui se transmet à l’être humain au contact de l’urine ou des excréments infectés du rat Mastomys. La transmission d’humain à humain est également possible, par contact avec les fluides corporels d’une personne infectée. Les symptômes de la maladie sont notamment la fièvre, la diarrhée, les vomissements, les douleurs abdominales, les maux de gorge et les hémorragies. Dans les cas graves, la défaillance d’un organe peut entraîner la mort.

La fièvre de Lassa reste une maladie tropicale négligée dont le virus a été découvert il y a plus de 50 ans au Nigeria. Malgré son caractère endémique en Afrique de l’Ouest, très peu de recherches ont été menées à ce jour contre cette maladie pour laquelle il n’existe aucun vaccin. Par ailleurs, le traitement recommandé, la ribavirine par voie intraveineuse, présente de nombreux effets secondaires.

L’étude LASCOPE, a ainsi permis aux chercheurs et experts médicaux de mieux comprendre les facteurs qui contribuent au décès des personnes infectées par le virus de Lassa. Cette étude a notamment documenté et analysé de manière exhaustive les paramètres cliniques et biologiques de plus de 500 patients, admis au Centre médical fédéral d’Owo, dans l’État d’Ondo, entre avril 2018 et mars 2020. En adoptant une approche qui intègre recherche, prise en charge des cas et prévention et contrôle des infections, le projet LASCOPE fournit des informations précieuses pour concevoir les futurs outils de diagnostic, des vaccins ou encore contribuer à la mise en place d’essais thérapeutiques qui permettront de trouver un traitement plus efficace.

« La fièvre de Lassa est une maladie qui est peu connue », a déclaré le Dr Marie Jaspard, spécialiste des maladies infectieuses à ALIMA et chercheuse principale de LASCOPE. « Toutes les précédentes études étaient rétrospectives (sur la base des dossiers de patients qui étaient déjà sortis de la structure de santé avant le début de l’étude), ce qui rendait incertaine la mesure du taux de létalité et de la cause du décès chez les patients atteints de Lassa. Grâce aux résultats de l’étude LASCOPE nous savons désormais que, sans une prise en charge précoce, 12 % des patients infectés meurent, le plus souvent d’une insuffisance rénale ou hépatique, surtout les personnes âgées. À l’avenir, cela nous permettra d’identifier les patients à risque, et surtout, d’évaluer des traitements spécifiques, afin d’améliorer les chances de survie des patients ».

 

L’impact inquiétant de la COVID-19

Les cas de fièvre de Lassa surviennent tout au long de l’année au Nigeria. Entre 2018 et 2020, le nombre de personnes infectées a presque doublé, du fait des efforts déployés dans l’identification des cas et de l’offre de soins. Le nombre de cas atteint généralement un pic entre janvier et mai, pendant la saison sèche, lorsque les rongeurs entrent dans les maisons à la recherche de nourriture. Mais en 2021, les agents de santé disent ne pas avoir encore vu ce pic. Au centre médical fédéral d’Owo, où ALIMA travaille aux côtés du NCDC (Centre de contrôle des maladies du Nigeria), seuls 47 cas confirmés ont été signalés depuis janvier 2021 alors que sur la même période en 2020, on recensait 243 patients admis (à la mi-mars). Selon les experts, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle.

En savoir plus sur notre action contre la fièvre de Lassa au Nigéria

« Le faible nombre de cas que nous observons est probablement un impact de l’épidémie de COVID-19 », explique le Dr Jaspard. « Le coronavirus fait peur, et beaucoup de gens craignent de se rendre dans un centre de santé par peur d’être infectés par la COVID-19. Cela signifie que de nombreux cas ne sont pas signalés au sein des communautés. Nous faisons probablement face à une épidémie silencieuse ».

En outre, de nombreux patients qui se rendent au centre arrivent maintenant à des stades graves de la maladie, ayant attendu chez eux le plus longtemps possible avant de se faire soigner.

« Il est vital », dit le Dr Jaspard, « que les gens se rendent dans un centre de santé dès les premiers signes de la fièvre de Lassa, pour se faire diagnostiquer et recevoir les soins appropriés. Plus tôt un patient reçoit des soins, plus il a de chances de guérir. Il est également important de poursuivre et même d’intensifier les campagnes de sensibilisation et d’information des communautés, ainsi que les mesures de surveillance, afin de détecter ces cas non déclarés et de convaincre les gens de se rendre dans les centres de santé ».

Au cours des deux premières semaines de mars, les équipes ALIMA ont mené des activités de sensibilisation des communautés, notamment en informant les populations sur la maladie et sur les mesures de prévention à suivre. Ces activités consistant à rechercher activement les personnes symptomatiques, mais aussi les cas contacts, puis à orienter les cas suspects vers les structures de santé et à former le personnel de santé local ont permis d’identifier de nouveaux cas.

 

L’avenir de la recherche sur la fièvre de Lassa

Suite aux résultats de l’étude LASCOPE, ALIMA et ses partenaires ont continué, avec le consentement des malades, à collecter des données sur les patients qui se rendent au service de prise en charge de la fièvre de Lassa à l’hôpital d’Owo. Par ailleurs, avec LASCOPE comme base, des études complémentaires sont menées en partenariat avec l’Université d’Oxford pour mieux comprendre l’impact cardiovasculaire de la maladie et la pharmacocinétique de la Ribavirine, le traitement actuel.

Enfin, ALIMA mettra en œuvre un essai clinique comparatif de phase II, SAFARI (Pharmacokinetics, tolerability and SAfety of FAvipiravir and RIbavirin)**, afin d’évaluer la sécurité et l’efficacité d’un traitement antiviral, le Favipiravir. Cet essai clinique débutera en avril, sur deux sites de traitement de la fièvre de Lassa : Owo et Irrua (États d’Ondo et d’Edo au Nigeria). Le Favipiravir s’est avéré sûr chez l’homme et efficace pour d’autres maladies, comme la grippe, mais son efficacité pour traiter la fièvre de Lassa n’est pas encore connue. Il sera comparé au médicament actuellement utilisé, la ribavirine. De plus, d’autres médicaments sont en cours d’évaluation pour être testés contre la fièvre de Lassa. L’objectif final est de comparer ces traitements dans un essai international de phase III. Enfin, un candidat vaccin est susceptible d’être évalué sur le terrain dans les années à venir.

Toutes ces activités de recherche, en cours et à venir, font partie des priorités stratégiques d’ALIMA pour promouvoir la recherche contre les fièvres hémorragiques virales en Afrique.

 


*Cette étude a été menée dans le cadre de la plateforme CORAL (Clinical and Operational Research Alliance) qui comprend l’Institut national français de la santé et de la recherche médicale, unité de Bordeaux (INSERM 1219), le programme PACCI d’Abidjan et

ALIMA, en collaboration avec le NCDC (Centre de contrôle des maladies du Nigeria) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

**Par la plateforme CORAL en partenariat avec l’Institut de médecine tropicale Bernhard Nocht (BNITM) et le Centre nigérian de contrôle des maladies (NCDC)

Contactez-nous au Sénégal

Route de l'Aéroport,
Rue NG 96
BP: 15530. Dakar, Sénégal

Contactez-nous en France

15, rue des immeubles industriels 75011 Paris
+33 (0)1 40 33 95 19

Contactez-nous aux USA

One Whitehall Street, 2nd Fl,
 New York NY 10004
+1 (646) 619-9074
Contactez-nous au Sénégal
Route de l'Aéroport, Rue NG 96
   BP: 15530. Dakar, Sénégal
office@alima.ngo
Contactez-nous en France
15, rue des immeubles industriels
   75011 Paris France.
+33 (0)1 40 33 95 19
office@alima.ngo
Contactez-nous aux USA
One Whitehall Street, 2nd Fl,
    New York NY 10004, USA
+1 (646) 619-9074
info.usa@alima.ngo

Association Loi 1901 - Numéro d’enregistrement et SIREN : 831 620 398

 

Si vous êtes imposable sur le revenu, vous bénéficiez d’une réduction d’impôts de 75% du montant de votre don dans la limite de 1 000 euros. Au-delà, la réduction est de 66%, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.