« L’oxygénothérapie est un traitement efficace pour sauver des vies »

28-07-2021

Afin de réduire la mortalité due aux maladies respiratoires aigües telles que la COVID-19, il est indispensable d’améliorer l’accès à l’oxygène médical dans les pays à faibles revenus.

Depuis le début de la pandémie, de nombreux pays africains font face à une augmentation importante des besoins en oxygène : il leur faut désormais assurer l’approvisionnement en oxygène pour la prise en charge des patients souffrant de troubles sévères dus au coronavirus, tout en continuant de lutter contre un taux élevé de maladies respiratoires chez les enfants.

C’est pourquoi ALIMA (The Alliance for International Medical Action) et ses partenaires travaillent en étroite collaboration avec les ministères de la santé en Afrique subsaharienne pour trouver et proposer des solutions innovantes, durables et adaptées aux contextes locaux, qui permettront un meilleur accès à l’oxygène dans ces pays. Plus précisément, ALIMA soutient la prise en charge des patients en fournissant du matériel, de l’oxygène, des ressources humaines et une expertise technique permettant de former le personnel de santé à l’oxygénothérapie, y compris à l’entretien des équipements et à la gestion de la chaîne d’approvisionnement.

Antoine Maillard, pharmacien hospitalier pour ALIMA, remarque : « on peut dire que l’accès à l’oxygène médical a toujours été un privilège, mais la pandémie de COVID-19 n’a fait qu’accroître la grande disparité d’accès à ce produit à travers le monde. L’oxygène médical est un médicament essentiel et salvateur pour soigner non seulement de la COVID-19, mais aussi de plusieurs autres maladies, comme la pneumonie, qui est la maladie infectieuse qui tue le plus d’adultes et d’enfants dans le monde. »

L’oxygène est également nécessaire lors des interventions chirurgicales, ainsi que pour les soins de santé maternelle et infantile afin de réduire davantage la mortalité des mères et des enfants.

Or, des décennies de sous-investissement dans la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies respiratoires font que de nombreux systèmes de santé manquent d’équipement, d’oxygène et de ressources humaines qualifiées. Avant même la pandémie, à peine la moitié des besoins en oxygène était couverte dans la plupart des pays à revenus moyens et faibles.

Selon Marine Vignon, coordinatrice du consortium pour le projet AIRE (Améliorer l’Identification des détresses Respiratoires chez l’Enfant) mené par ALIMA : « il faut améliorer d’urgence l’accès à l’oxygène, mais il est également primordial de mieux dépister les infections respiratoires ».

C’est pourquoi ALIMA, dans le cadre du projet AIRE, a intégré l’utilisation des oxymètres de pouls lors des consultations dans 202 centres de santé au Mali, au Burkina Faso, au Niger et en Guinée, afin d’aider à améliorer le dépistage des infections respiratoires. Les oxymètres de pouls sont des outils de diagnostic simples qui permettent de mesurer facilement la saturation en oxygène dans le sang des patients et détecter ainsi les détresses respiratoires.

Un agent de santé d’ALIMA place un oxymètre de pouls sur le doigt d’un enfant admis au centre de santé Asaco Boul 2 à Bamako, au Mali, pour mesurer son taux d’oxygène dans le sang. © Seyba Keita / ALIMA

 

Cela dit, si le diagnostic est une première étape importante, il faut ensuite s’assurer de la disponibilité en oxygène pour mieux soigner et sauver plus de vies.

Selon le Docteur Moumouni Kinda, Directeur Général d’ALIMA : « la troisième vague de COVID-19 a déjà atteint certains pays africains et risque de se propager rapidement. Les structures de santé et le personnel soignant demeurent mal préparés et sous-équipés, ce qui ne permet pas d’assurer un dépistage et une prise en charge adéquate des malades. C’est pourquoi nous devons travailler par anticipation et apporter notre soutien aux pays qui ne seront pas en mesure d’y faire face ».

En partie grâce à la campagne Oxygen For Africa, ALIMA a pu approvisionner en oxygène près de 1 000 patients atteints de la COVID-19 dans ses pays d’intervention, depuis 2020. Nos équipes ont également soigné plus de 177 000 enfants de moins de cinq ans atteints d’infections respiratoires aiguës.

 


– Photo de couverture : © Benita Nnachortam / ALIMA
– Ces activités sont rendues possibles grâce au soutien de : Unitaid, Office of U.S. Foreign Disaster Assistance (OFDA), l’Agence française de développement (AFD) et la Direction générale de la protection civile européenne et des opérations d’aide humanitaire (ECHO).

Contactez-nous au Sénégal

 Route des Almadies,
Lot n° 22 zone 9
BP 15530, Dakar, Sénégal

Contactez-nous en France

15, rue des immeubles industriels
75011 Paris
+33 (0)1 40 33 95 19

Contactez-nous aux USA

One Whitehall Street, 2nd Fl,
 New York NY 10004
+1 (646) 619-9074
Contactez-nous au Sénégal
 Route des Almadies,
Lot n° 22 zone 9
BP 15530, Dakar, Sénégal
office@alima.ngo
Contactez-nous en France
15, rue des immeubles industriels
   75011 Paris France.
+33 (0)1 40 33 95 19
office@alima.ngo
Contactez-nous aux USA
One Whitehall Street, 2nd Fl,
    New York NY 10004, USA
+1 (646) 619-9074
info.usa@alima.ngo

Association Loi 1901 - Numéro d’enregistrement et SIREN : 831 620 398

 

Si vous êtes imposable sur le revenu, vous bénéficiez d’une réduction d’impôts de 75% du montant de votre don dans la limite de 1 000 euros. Au-delà, la réduction est de 66%, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Tant que le monde entier n’est pas bien vacciné, le coronavirus reste un danger pour tout le monde.. Grâce à l'aide internationale, des millions de doses ont parcouru des milliers de kilomètres. Ensemble, parcourons les derniers mètres. Ensemble, vaccinons.

Un don de 100 € permet de vacciner 10 personnes.