Un semi-marathon solidaire pour ALIMA

25-02-2017

ALIMA, ce n’est pas seulement des médecins qui interviennent en Afrique. Il y a également des personnes qui décident de s’engager à leur manière et à leur niveau, pour soutenir les actions mises en œuvre.Anne Aël Inisan a décidé de courir le semi-marathon de Paris du 5 mars 2017 en portant les couleurs d’ALIMA. C’est la […]

ALIMA, ce n’est pas seulement des médecins qui interviennent en Afrique. Il y a également des personnes qui décident de s’engager à leur manière et à leur niveau, pour soutenir les actions mises en œuvre.Anne Aël Inisan a décidé de courir le semi-marathon de Paris du 5 mars 2017 en portant les couleurs d’ALIMA. C’est la première à avoir atteint son objectif de collecte de 500 €, qui permettra de financer directement les actions d’ALIMA sur le terrain.

 

Anne Aël est une orthophoniste de 27 ans qui travaille à Rennes dans un service d’éducation spécialisée et de soins à domicile, pour des enfants en situation de handicap moteur. Le 5 mars, elle courra son troisième semi-marathon et a notamment participé au marathon de Rennes en octobre dernier. Pendant cette course, elle s’est légèrement blessée mais a réussi à aller jusqu’au bout. Bien qu’elle ne soit pas encore remise à 100%, elle reste confiante pour terminer le semi-marathon à venir. En plus d’être un engagement personnel, c’est un challenge familial qu’elle a décidé de se fixer puisqu’elle participera à la course avec sa petite sœur, qui va courir pour la première fois une telle distance !

 

Avant de s’inscrire sur le site des Dossards Solidaires, Anne Aël ne connaissait pas ALIMA. Elle voulait courir pour une belle cause et a décidé de s’engager pour les actions qui lui parlaient le plus, en rapport avec sa sensibilité pour le milieu médical. En découvrant les actions concrètes d’ALIMA pour venir en aide aux populations les plus vulnérables d’Afrique de l’Ouest et Centrale et tout particulièrement aux enfants, elle n’a pas hésité pour amorcer sa collecte. Malgré le jeune âge d’ALIMA, elle y a vu des actions concrètes et abouties, qui la touchaient personnellement.

 

C’est principalement en mobilisant ses amis sur les réseaux sociaux et particulièrement sur Facebook qu’elle est parvenue à récolter ses fonds. Son entourage familial l’a également beaucoup soutenue, surtout pour ce défi personnel qu’elle s’est fixé. Aujourd’hui Anne Aël est heureuse de pouvoir courir ce semi-marathon avec sa petite sœur, ainsi qu’en faisant partie de l’équipe des coureurs solidaires d’ALIMA. Ses proches seront également avec elle pendant la course, puisqu’elle leur a promis d’écrire le nom de toutes les personnes qui l’ont soutenue sur son t-shirt !

 

faire un don