Burkina Faso : faciliter l’accès aux soins pour les personnes âgées

22-07-2021

Le centre d’écoute, de loisirs et de soins du Conseil National des Personnes âgées du Burkina Faso (CNPA-BF) est un espace unique. Situé dans le district sanitaire de Bogodogo dans la capitale Ouagadougou, c’est l’une des rares structures du pays à proposer des activités en faveur des personnes âgées.

 

Dans un contexte national marqué par la pandémie de COVID-19, ALIMA (The Alliance for International Medical Action) et ses partenaires SOS Médecins-Burkina Faso et Keoogo, ont décidé de renforcer l’offre de soins à destination des personnes âgées en appuyant l’infirmerie du CNPA.

C’est ainsi qu’entre septembre 2020 et mars 2021, grâce au soutien financier de l’Agence Française de Développement (AFD), le consortium ALIMA/SOS Médecins-BF/Keeogo et le CNPA, a offert des consultations, des soins et des traitements gratuits aux patients de plus de 50 ans, mais aussi des activités de soutien psychosocial et de sensibilisation auprès des personnes âgées.

Cet appui, en plus d’améliorer l’accès aux soins des personnes âgées, a aussi contribué à la prévention et au contrôle de la transmission de la maladie COVID-19 dans la communauté ainsi qu’à la détection précoce et la prise en charge des cas suspects et confirmés.

Alimatou Sondé, psychologue au centre, explique : « Le rôle que nous jouons ici est tout à fait vital car nous constatons que les personnes âgées se sentent souvent négligées – elles ne se sentent pas écoutées dans leurs familles ou dans la communauté. Beaucoup souffrent de troubles psychosomatiques, ce qui entraîne souvent des troubles d’anxiété, de stress post-traumatique et de dépression. »

De nombreux patients du centre, par exemple, souffrent d’hypertension chronique, due au stress que leur causent les charges familiales. C’est pourquoi le consortium ALIMA/SOS Médecins-BF/Keeogo a créé des « espaces d’écoute » au sein de l’infirmerie, afin de permettre une prise en charge humanisée et personnalisée. Ces entretiens individuels et collectifs permettent aux personnes âgées d’exprimer leurs inquiétudes.

« Par nature, les gens ont besoin d’être entendus », explique Malick Ahmed Traoré, infirmier au CNPA, avant d’ajouter : « Il y a des hôpitaux près de chez eux, mais dans un hôpital ordinaire on n’a pas le temps d’aller discuter. Ici, on essaie d’écouter le patient, de l’accueillir pour qu’il se sente à l’aise. C’est pourquoi nous voyons beaucoup de personnes qui quittent leur province et parcourent de longues distances pour venir ici. »

En fonction de leur évaluation physique et psychologique, les patients sont orientés vers un médecin, un thérapeute ou bien les deux.

 

Boukari Maïga, responsable des activités externes, anime une conférence de sensibilisation au CNPA. © Olympia de Maismont / ALIMA

 

Deux fois par mois, le CNPA invite également les patients à assister à des séances de sensibilisation sur des sujets tels que l’hygiène, l’alimentation et les mesures de prévention des maladies. Ces séances sont adaptées aux pathologies des personnes âgées. Les agents de santé donnent également des conseils aux membres de la famille, en particulier aux enfants, sur la manière dont ils doivent s’occuper de leurs parents afin de les maintenir en bonne santé.

« Les conseils que nous donnons font beaucoup de bien car on dit qu’il vaut toujours mieux prévenir que guérir », explique Boukary Maiga, responsable des activités externes du CNPA. Il ajoute : « On parle souvent de la santé des jeunes mères et des enfants, mais personne ne parle de la vulnérabilité des personnes âgées, alors que tout le monde est appelé à vieillir. Nous soignons, mais nous sensibilisons aussi, car il est important de savoir comment éviter de tomber malade. »

Outre les services offerts au centre, le personnel se rend régulièrement dans les communautés pour des visites à domicile.

« Ces services, tant au sein du CNPA que dans les communautés, rendent vraiment le sourire aux personnes âgées », raconte Boukary.

« Je n’ai pas les mots pour exprimer ma gratitude aux employés du CNPA », déclare Elie Nana, 73 ans, qui fait partie des 4 040 patients ayant bénéficié de soins en 2020. Elle explique : « J’ai essayé plusieurs fois de traiter mes problèmes de vue, mais depuis que je viens ici, ma vision s’est enfin améliorée. Pour moi, les séances de sensibilisation sont extrêmement importantes, car on nous donne de si bons conseils. Les agents de santé prennent bien soin de nous. »

 


Photo de couverture : © Olympia de Maismont / ALIMA

Contactez-nous au Sénégal

 Route des Almadies,
Lot n° 22 zone 9
BP 15530, Dakar, Sénégal

Contactez-nous en France

15, rue des immeubles industriels
75011 Paris
+33 (0)1 40 33 95 19

Contactez-nous aux USA

One Whitehall Street, 2nd Fl,
 New York NY 10004
+1 (646) 619-9074
Contactez-nous au Sénégal
 Route des Almadies,
Lot n° 22 zone 9
BP 15530, Dakar, Sénégal
office@alima.ngo
Contactez-nous en France
15, rue des immeubles industriels
   75011 Paris France.
+33 (0)1 40 33 95 19
office@alima.ngo
Contactez-nous aux USA
One Whitehall Street, 2nd Fl,
    New York NY 10004, USA
+1 (646) 619-9074
info.usa@alima.ngo

Association Loi 1901 - Numéro d’enregistrement et SIREN : 831 620 398

 

Si vous êtes imposable sur le revenu, vous bénéficiez d’une réduction d’impôts de 75% du montant de votre don dans la limite de 1 000 euros. Au-delà, la réduction est de 66%, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

URGENCE MALNUTRITION SAHELFaute de financements nécessaires, des milliers d’enfants de moins de 5 ans sont en danger.

Nous avons lancé un fonds d'urgence pour réunir en urgence 100 000 € et acheter le matériel nécessaire à une bonne prise en charge de la malnutrition. 


Vous pouvez aider ces enfants. 

Tant que le monde entier n’est pas bien vacciné, le coronavirus reste un danger pour tout le monde.. Grâce à l'aide internationale, des millions de doses ont parcouru des milliers de kilomètres. Ensemble, parcourons les derniers mètres. Ensemble, vaccinons.

Un don de 100 € permet de vacciner 10 personnes.