COVID-19 au Sénégal : les besoins pour lutter contre l’épidémie sont importants

13-08-2021

Entretien avec le Docteur Charles Tehoua, Coordinateur médical du service Urgences et Ouvertures chez ALIMA (The Alliance for International Medical Action)

Quelle est la situation sanitaire dans le pays ?
Selon les données du Ministère de la Santé et de l’Action sociale sénégalais, entre le 26 juillet et le 2 août, le nombre de nouveaux cas positifs, de cas graves et de décès ont respectivement augmenté de 8,2%, 22,9% et 67,8%. Pour augmenter l’offre de soins des patients atteints de forme grave, le Ministère de la Santé sénégalais a annoncé l’ouverture de 3 nouveaux Centres de Traitement COVID-19 à Dakar, capitale du pays, où la 3ème vague de COVID-19 est plus marquée.

Quels sont les besoins spécifiques identifiés ?
Malgré les efforts des autorités sanitaires sénégalaises pour augmenter les capacités d’accueil des patients dans les Centres de Traitement COVID-19 à Dakar, les besoins en termes de matériel médical, capacité d’oxygénation, de médicaments et de ressources humaines sont importants. De même qu’en pédiatrie, pour les enfants atteints de la COVID-19 et souffrant de comorbidités, mais aussi pour la prise en charge des femmes enceintes atteintes du virus.

Quelle est la réponse prévue par ALIMA ?
Dans un premier temps, pour aider à réduire la mortalité liée à la COVID-19, ALIMA prévoit la mise en place une intervention d’urgence au niveau de l’hôpital de district de Yeumbeul, situé à 20 kilomètres au nord de Dakar, pour appuyer la prise en charge des cas modérés et sévères de COVID-19.

Centre de Traitement COVID-19 de Yeumbeul

En 2020, ALIMA a appuyé le Ministère de la Santé sénégalais dans sa réponse à la COVID-19. Habillage d’un personnel soignant avant d’entrer dans la zone rouge du Centre de Traitement COVID-19 de Yeumbeul. © Cora Portais / ALIMA

 

L’un des objectifs sera de recruter des réanimateurs, médecins, infirmiers et des hygiénistes pour la prise en charge des cas de COVID-19, ainsi qu’un gynécologue et un anesthésiste au Centre de Traitement COVID-19 obstétrical pour la prise en charge des femmes enceintes nécessitant une césarienne. Par ailleurs, la mise en place d’un triage et des moyens humains et matériels nécessaires à l’admission des patients est prévue. Nos équipes pourront aider à l’aménagement du circuit des patients, des soignants et des accompagnants et au renforcement des mesures de prévention et de contrôle des infections. Nous planifions également la donation de médicaments, de matériel médical et biomédical, tels que des concentrateurs d’oxygène, des masques d’oxygène à haut débit, ou encore, des équipements de protection individuelle.

ALIMA pourra également apporter son aide pour améliorer la couverture vaccinale au Sénégal en cas de besoin. Depuis le mois de mai, nos équipes ont d’ailleurs lancé plusieurs campagnes de vaccination, en partenariat avec les Ministères de la Santé, en Guinée, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Nigeria ou encore en République centrafricaine.

Photo de couverture : © ALIMA

Contactez-nous au Sénégal

 Route des Almadies,
Lot n° 22 zone 9
BP 15530, Dakar, Sénégal

Contactez-nous en France

15, rue des immeubles industriels
75011 Paris
+33 (0)1 40 33 95 19

Contactez-nous aux USA

One Whitehall Street, 2nd Fl,
 New York NY 10004
+1 (646) 619-9074
Contactez-nous au Sénégal
 Route des Almadies,
Lot n° 22 zone 9
BP 15530, Dakar, Sénégal
office@alima.ngo
Contactez-nous en France
15, rue des immeubles industriels
   75011 Paris France.
+33 (0)1 40 33 95 19
office@alima.ngo
Contactez-nous aux USA
One Whitehall Street, 2nd Fl,
    New York NY 10004, USA
+1 (646) 619-9074
info.usa@alima.ngo

Association Loi 1901 - Numéro d’enregistrement et SIREN : 831 620 398

 

Si vous êtes imposable sur le revenu, vous bénéficiez d’une réduction d’impôts de 75% du montant de votre don dans la limite de 1 000 euros. Au-delà, la réduction est de 66%, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

URGENCE MALNUTRITION SAHELFaute de financements nécessaires, des milliers d’enfants de moins de 5 ans sont en danger.

Nous avons lancé un fonds d'urgence pour réunir en urgence 100 000 € et acheter le matériel nécessaire à une bonne prise en charge de la malnutrition. 


Vous pouvez aider ces enfants. 

Tant que le monde entier n’est pas bien vacciné, le coronavirus reste un danger pour tout le monde.. Grâce à l'aide internationale, des millions de doses ont parcouru des milliers de kilomètres. Ensemble, parcourons les derniers mètres. Ensemble, vaccinons.

Un don de 100 € permet de vacciner 10 personnes.