En Afrique aussi, la fête des mères passe par le bracelet de leurs enfants

05-05-2022

Paris – À l’occasion de la Fête des Mères, l’ONG médicale humanitaire ALIMA (The Alliance for International Medical Action), lance une campagne de collecte destinée à renforcer la lutte contre la malnutrition en Afrique. Les fonds collectés permettront de former les mamans à la prévention de cette maladie et de sauver la vie de dizaines de milliers d’enfants.

Rien n’est plus important pour les mamans du monde entier que la santé et le bien-être de leurs enfants. ALIMA est déterminée à faire du 29 mai la fête de toutes les mamans. Et en particulier celle des mères du Sahel qui, trop souvent, souffrent de voir leurs enfants atteints de malnutrition sans pouvoir les aider, le jour de la fête des mères comme les autres jours.

La lutte contre la malnutrition souffre du manque de financements

La sonnette d’alarme a été tirée par plusieurs organisations humanitaires en début d’année, dont ALIMA : la situation alimentaire est alarmante au Sahel, et elle ne cesse de se dégrader. Selon les Nations Unies, 6,3 millions d’enfants de moins de 5 ans vont souffrir de malnutrition aiguë dans 6 pays du Sahel en 2022 si rien n’est fait, un nombre record pour la 5ème année consécutive, en hausse de 27 % par rapport à 2021. Des milliers d’enfants sont déjà condamnés. Une réponse rapide et appropriée ne peut plus attendre. Moumouni Kinda – Directeur Général d’ALIMA : « Les familles et leurs enfants subissent une crise nutritionnelle dans la région sahélienne. Nos équipes sur le terrain ont besoin de soutien pour fournir des soins médicaux et nutritionnels aux enfants touchés. Nous avons besoin d’une augmentation immédiate des financements pour répondre à ces urgences, y compris dans des zones négligées comme le nord-ouest du Nigeria. » Malgré l’énergie déployée par les équipes ALIMA, leur action est freinée par un manque criant de financements. De plus, les effets de la crise ukrainienne viennent noircir le tableau. Six pays d’Afrique de l’Ouest importent entre 30 % et plus de 50 % de leur approvisionnement en blé de Russie ou d’Ukraine et pourraient voir cette denrée essentielle devenir inaccessible à la majorité de leurs populations.

Le bracelet PB, un outil pour sauver la vie des enfants

C’est souvent face aux situations les plus graves que des solutions émergent ; et c’est dans l’ADN même d’ALIMA de chercher des solutions innovantes pour répondre à des situations d’urgence. C’est ainsi qu’en 2011, ALIMA a lancé le programme PB-mères. Son objectif : permettre aux mères et aux familles de détecter la malnutrition chez les enfants à un stade précoce de la maladie en les formant à l’utilisation d’un outil, le bracelet PB. Ce bracelet permet de mesurer le périmètre du bras de l’enfant et de poser rapidement un diagnostic sur son état nutritionnel grâce à un simple code couleurs : vert, jaune et rouge. Ce ruban tricolore connaît un grand succès depuis le début de son utilisation par les mamans en contribuant à un meilleur suivi nutritionnel des enfants.

Une campagne de collecte pour donner à toutes les mamans le pouvoir de protéger leurs enfants

Depuis 2015, ALIMA a formé plus de 3,69 millions de personnes à l’utilisation du bracelet PB. ALIMA fait des familles les actrices clés du dépistage de la maladie chez leurs enfants. Car qui mieux qu’une mère ou un parent peut prendre soin de son enfant ? Avec seulement 1 000 €, ce ne sont pas moins de 1 000 mamans qui peuvent bénéficier d’une formation à la détection précoce de la malnutrition chez leurs enfants grâce au bracelet PB. Un don de 50 € permet l’achat de 150 sachets d’aliments thérapeutiques permettant la réhabilitation nutritionnelle d’un enfant souffrant de malnutrition aiguë : un moyen abordable pour donner le pouvoir aux mamans de sauver leurs enfants. FAITES UN DON ICI   Contacts presse : Valentin Grégoire–Poggiaspalla, 06 71 87 91 84, valentin@wearecitizens.eu Clara Wozufia, 06 07 85 73 00, clara@wearecitizens.eu

faire un don