Rechercher
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Alerte – Détérioration de la situation humanitaire en République démocratique du Congo

Communiqué de presse

Alerte et appel à mobilisation du Forum des ONG Internationales sur la détérioration de la situation humanitaire en République Démocratique du Congo.

Kinshasa, 22 Juin 2023 – Les organisations membres du Forum des ONG Internationales en République Démocratique du Congo (RDC) lancent une alerte sur la forte dégradation de la situation humanitaire dont elles sont témoins dans l’Est du pays. Elles s’alarment également de la réduction de l’espace humanitaire liée à la résurgence de la violence meurtrière des conflits et à la militarisation de la région; Cette situation se traduit par une aggravation très préoccupante du sort des populations affectées. L’urgence alimentaire augmente dans le monde et particulièrement dans les régions les plus vulnérables. 

Le Forum des ONG Internationales en RDC soutient la décision prise le 16 Juin 2023 par le IASC (InterAgency Standing Committee) d’activer l’intensification (“Scale-Up”) des opérations humanitaires en
République Démocratique du Congo (RDC) et confirme que ses membres ayant des activités et une
présence auprès des populations dans les provinces concernées ont déjà augmenté leur réponse, et
face aux besoins encore grandissant se préparent à y accroître leur engagement.

Cette activation engage en effet tous les acteurs et toutes les actrices humanitaires à une mobilisation à
large échelle en réponse à une crise humanitaire qui s’aggrave considérablement, lorsque la capacité de
diriger, de coordonner et de fournir une assistance et une protection ne correspond pas à l’ampleur, à la
complexité et à l’urgence de la crise¹. 

Le Forum des ONGI souligne que, même mesuré à l’aune des violences et des crises extrêmes que la RDC
a connu ces dernières années, le niveau de la crise humanitaire qui prévaut actuellement en République
Démocratique du Congo est extrêmement élevé.

La crise humanitaire en RDC connaît une détérioration rapide et alarmante. Une dramatique illustration
de cette situation est l’attaque dans la nuit du 12 juin 2023 d’un site de déplacés à Lala. Cette attaque qui
s’est traduite par la mort d’au moins 46 personnes, brûlées vives dont 23 enfants, n’est malheureusement
pas un événement isolé. Depuis le début de l’année plus de 2750 civils ont été tués dans l’Est de la RDC².

Dans de nombreuses zones, la présence de groupes armés non étatiques actifs aggrave le cycle de violence en cours, déclenchant des déplacements massifs de population et exacerbant une situation humanitaire déjà fragile. Ces déplacements internes entraînent dans de nombreux cas, des tensions entre
communautés hôtes et populations déplacées du fait du manque d’accès aux services sociaux de base.

Dans de nombreuses communautés, les populations redoutent en permanence de se retrouver prises au
piège par de nouvelles flambées de violence, perpétuant ainsi le cycle de la peur. Environ 6,3 millions de personnes ont fui leurs foyers, le nombre de déplacés le plus élevé en Afrique. Les besoins ont atteint un niveau extrêmement important au Nord-Kivu, au Sud-Kivu et en Ituri où 5,5 millions de personnes ont été déplacées depuis mars 2022. Environ 25,8 millions de personnes seront confrontées à une insécurité alimentaire aiguë en 2023, soit le nombre le plus élevé de personnes en situation d’insécurité alimentaire au monde³.

Le conflit a également entraîné une augmentation significative des graves violations à l’encontre des
enfants, avec une augmentation du recrutement des enfants dans les groupes armés, une recrudescence
d’enlèvements, de meurtres et de mutilation d’enfants, ainsi que des violences sexuelles et des pratiques
négatives de survie incluant la prostitution pour accéder aux vivres.

Malgré les efforts des acteurs et des actrices humanitaires et des ONG internationales et nationales
présentes sur le terrain – y compris dans les zones où l’accès est difficile ou dangereux – leur capacité de
réponse reste à ce jour insuffisante au regard des besoins. L’attention politique et médiatique sur cette
crise reste incroyablement faible, laissant la RDC apparaître comme l’une des crises les plus négligées au
monde⁴. Le Forum des ONGI interpelle à cet effet la communauté internationale pour renforcer son
engagement politique et diplomatique afin de trouver une solution et mettre fin à ce perpétuel cycle de
violence en RDC.

Si les moyens humains, techniques et financiers des ONG Internationales et de leurs partenaires qui
opèrent en RDC ne sont pas accrus de manière significative, le risque est grand, malgré l’activation du
“scale up”, que la réponse soit insuffisante pour répondre à la multiplicité des crises auxquelles est
confronté le pays.

En conséquence, le Forum des ONGI en RDC demande urgemment à ce que :

  •  Les autorités congolaises ainsi qu’à toutes celles et ceux dont l’action et l’influence peuvent
    changer la situation dans la région, jouent leur rôle de prévention des incidents et prennent des
    mesures pour assurer que le Droit Humanitaire International et que les principes humanitaires
    soient respectés.
  • Toutes les parties aux conflits préservent l’espace humanitaire et permettent le libre accès des
    acteurs et des actrices humanitaires ayant mandat d’apporter une assistance immédiate aux
    populations, basée sur les principes humanitaires, y compris dans les zones difficiles d’accès.
  • Les donateurs continuent à augmenter les financements pour garantir un meilleur accès aux
    services sociaux de base.
  • Les donateurs soutiennent et facilitent les politiques et les programmes qui visent à réduire les
    facteurs de conflits violents et les mécanismes qui empêchent les conflits d’éclater.
  • Les acteurs et les actrices de coordination et réponse humanitaire continuent à maintenir une
    présence sur le terrain, au plus près des opérations et pour assurer un cadre de protection aux
    populations civiles.
  •  Les représentations diplomatiques en RDC insistent auprès du gouvernement congolais, pour le
    suivi et le respect des accords régionaux bilatéraux en réponse à la crise, afin de trouver des solutions pouvant garantir la protection de la population civile, une désescalade du conflit et
    l’accès à l’aide humanitaire pour les populations touchées.
  • Les représentations diplomatiques en RDC accentuent leur plaidoyer auprès des autorités
    congolaises afin de les sensibiliser aux difficultés rencontrées par les ONGIs confrontées à de
    nombreux obstacles administratifs, opérationnels et sécuritaires.

“L’augmentation de la violence en RDC au cours des six derniers mois est extrêmement préoccupante.
Cette violence qui ne cesse de s’accroître vise non seulement les populations, mais aussi les opérations
humanitaires et de développement engagées pour ces mêmes populations. Nous demandons à ce que les autorités congolaises ainsi que toutes celles et ceux dont l’action et l’influence peuvent changer la
situation dans la région, jouent leur rôle de prévention des incidents et prennent des mesures pour
assurer que le Droit Humanitaire International et que les principes humanitaires soient respectés.» à
indiqué Luc Lamprière, Représentant du Forum des ONGI en RDC.

Pour plus d’informations sur cette communication, veuillez contacter Luc Lampriere :
representant@forumongi-rdc.org 

Le Forum des ONG Internationales en RDC est un organe indépendant composé de plus 124 organisations non gouvernementales internationales (ONGI), dont ALIMA (The Alliance for International Medical Action). Les membres du Forum assurent une présence sur l’entièreté des provinces du pays et œuvrent dans tous les secteurs humanitaires, dans le domaine du développement et de la construction de la paix.

Voir le communiqué sur le site du Forum des ONGI RDC

Photo de couverture ©John Wessels / ALIMA

¹ IASC – Humanitarian System-Wide Scale-Up Activations and Deactivations | IASC

² INSO – République Démocratique du Congo – Chiffre faisant référence aux victimes directes du conflit

³ Relief Web – Situation humanitaire de la République Démocratique du Congo

⁴ NRC – Les crises de déplacements les plus négligées dans le monde

Votre contact privilégié

Pour toute demande, informations, photos ou interview.

Mélanie Blond Communication Director

Mélanie Blond 

Directrice de la communication

Twitter : @ALIMAong

Email : melanie.blond@alima.ngo

Actualités liées